Agences Régionales de Santé
Institut National Du Cancer
Autorité de sûreté nucléaire

Auto-saisine de la HAS sur les signatures génomiques guidant l’indication d’une chimiothérapie adjuvante dans le cancer du sein

La Haute Autorité de Santé s’est auto-saisie, avec le soutien de l’Institut national du cancer, sur l’évaluation de l’ensemble des signatures d’expression multigénique guidant l’indication d’une chimiothérapie adjuvante dans le cancer du sein de stade précoce. [feuille de route HAS]

Pour ces outils de décision thérapeutique de nature moléculaire, la HAS va procéder à une analyse critique systématique de la littérature. Elle consultera les parties prenantes et rédigera un rapport d’évaluation des signatures sur le marché dans cette indication du cancer du sein. En plus de ce rapport, elle publiera simultanément un guide méthodologique encadrant l’évaluation des signatures moléculaires dans leur ensemble. L’échéance annoncée est fin 2017.

La HAS relève de nombreuses difficultés émergeant de l’analyse de la demande (flou juridique, multiplicité des comparateurs existants, nature de la méthode validant leur utilité et leurs performances, les utilisations revendiquées,…).

Au stade préliminaire des travaux, l’indication envisagée serait le cancer précoce du sein hormonosensible (RH positif) et HER2 négatif de pronostic incertain malgré la prise en compte des critères clinicopathologiques existants.

 

Publié le : 31 mars 2017
Dernière mise à jour le : 12 avril 2017