Le contenu de ce site Web a été conçu pour des fins d’information et d’éducation et s’adresse principalement aux professionnels de la santé. En aucun cas il ne vise à établir un diagnostic sans consultation médicale.

Avertissement

Le contenu de ce site Web a été conçu pour des fins d’information et d’éducation et s’adresse principalement aux professionnels de la santé. En aucun cas il ne vise à établir un diagnostic sans consultation médicale. La description des pathologies, leur présentation et l’approche thérapeutique couvrent l’aspect général de celles-ci. Plusieurs variations, tant dans le mode de présentation que dans l’investigation et la conduite thérapeutique, existent selon chaque patient. Le site présente l’aspect général et global et ne peut tenir compte de toutes les variations individuelles.

Le réseau OncoCentre se réserve le droit de modifier le contenu du site à tout moment sans préavis. Les informations accessibles par des liens renvoyant à d’autres sites n’engagent que les auteurs et hébergeurs de ces autres sites. Vous devez en vérifier vous-mêmes les conditions d’accès, de consultation et d’utilisation. En aucun cas le réseau OncoCentre ne pourra être tenu pour responsable d’un préjudice quelconque pouvant résulter de la consultation de ces autres sites.

Les informations figurant sur le site ont été vérifiées au moment de leur parution sur le site. Néanmoins il peut arriver que certaines inexactitudes ou erreurs aient pu échapper à la vigilance des auteurs, malgré leurs meilleurs efforts, ou que des mises à jour des pages soient effectuées avec retard.

Les noms commerciaux de certains médicaments peuvent varier d’un pays à l’autre et les doses mentionnées dans les différents tableaux sont des guides thérapeutiques et des variations peuvent exister.

CNIL : Les personnes disposent d’un droit d’opposition à la diffusion sur le site d’informations les concernant. Le droit d’accés prévu par l’art n° 34 de la loi « informatique et liberté » n° 78-17 du 6 janvier 1978 s’exerce auprès du médecin coordinateur du réseau, responsable de la publication de ce site.

Agences Régionales de Santé
Institut National Du Cancer
Autorité de sûreté nucléaire

La conservation de tissus ovariens

Pour qui ?

Cette technique peut être proposée à toutes les patientes. C’est la seule technique accessible aux patientes non pubères. Elle a l’avantage de ne nécessiter aucun délai de prise en charge mais offre des résultats, en taux de grossesse, inférieurs aux 2 autres techniques.

Quand ?

Même s’il est toujours préférable d’envisager toute technique de préservation de la fertilité avant le début du traitement potentiellement stérilisant, cette technique peut dans certains cas être proposée même si la patiente a déjà reçu un traitement anticancéreux.

Comment ?

Il s’agit de prélever au cours d’un geste chirurgical (cœlioscopie le plus souvent) un ovaire entier ou partiel. Au laboratoire, celui-ci est alors disséqué en fragments afin de ne congeler que la corticale ovarienne (enveloppe externe), qui contient les futurs ovocytes. Les fragments sont congelés et stockés dans l’azote liquide jusqu’à ce que la patiente ait un désir d’enfant.

Et après le cancer ?

Actuellement deux techniques sont à l’étude pour l’utilisation de ces fragments :

– l’autogreffe des fragments de cortex ovarien. Il s’agit de la seule technique qui ait permis la naissance d’enfants (60 naissances répertoriées dans le monde à ce jour).

– la culture des fragments de cortex ovarien au laboratoire dans le but d’obtenir des ovocytes matures. Cette technique est encore expérimentale, mais peut être proposée chez la petite fille, dans l’espoir d’avancées scientifiques futures.

Publié le : 17 octobre 2016
Dernière mise à jour le : 17 octobre 2016