Le contenu de ce site Web a été conçu pour des fins d’information et d’éducation et s’adresse principalement aux professionnels de la santé. En aucun cas il ne vise à établir un diagnostic sans consultation médicale.

Avertissement

Le contenu de ce site Web a été conçu pour des fins d’information et d’éducation et s’adresse principalement aux professionnels de la santé. En aucun cas il ne vise à établir un diagnostic sans consultation médicale. La description des pathologies, leur présentation et l’approche thérapeutique couvrent l’aspect général de celles-ci. Plusieurs variations, tant dans le mode de présentation que dans l’investigation et la conduite thérapeutique, existent selon chaque patient. Le site présente l’aspect général et global et ne peut tenir compte de toutes les variations individuelles.

Le réseau OncoCentre se réserve le droit de modifier le contenu du site à tout moment sans préavis. Les informations accessibles par des liens renvoyant à d’autres sites n’engagent que les auteurs et hébergeurs de ces autres sites. Vous devez en vérifier vous-mêmes les conditions d’accès, de consultation et d’utilisation. En aucun cas le réseau OncoCentre ne pourra être tenu pour responsable d’un préjudice quelconque pouvant résulter de la consultation de ces autres sites.

Les informations figurant sur le site ont été vérifiées au moment de leur parution sur le site. Néanmoins il peut arriver que certaines inexactitudes ou erreurs aient pu échapper à la vigilance des auteurs, malgré leurs meilleurs efforts, ou que des mises à jour des pages soient effectuées avec retard.

Les noms commerciaux de certains médicaments peuvent varier d’un pays à l’autre et les doses mentionnées dans les différents tableaux sont des guides thérapeutiques et des variations peuvent exister.

CNIL : Les personnes disposent d’un droit d’opposition à la diffusion sur le site d’informations les concernant. Le droit d’accés prévu par l’art n° 34 de la loi « informatique et liberté » n° 78-17 du 6 janvier 1978 s’exerce auprès du médecin coordinateur du réseau, responsable de la publication de ce site.

Agences Régionales de Santé
Institut National Du Cancer
Autorité de sûreté nucléaire

Mésothéliome

invs

Déclaration obligatoire des mésothéliomes

La Déclaration des mésothéliomes est obligatoire en France métropolitaine et ultramarine depuis le 16 janvier 2012 (décret n° 2012-47). C’est la 31ème maladie à déclaration obligatoire (MDO).
Elle concerne tous les sites anatomiques (plèvre, péritoine, péricarde, vaginale testiculaire…).
Elle s’impose à tout médecin pathologiste et clinicien (pneumologue, chirurgien, oncologue, généraliste…) qui en pose le diagnostic.

Comment déclarer un nouveau cas de mésothéliome (digestif) ?

– Il existe 2 formulaires de notification distincts, selon que le médecin déclarant est clinicien ou pathologiste :

 

– Après avoir rempli, daté et signé le formulaire, le médecin déclarant l’adresse rapidement au médecin en charge des MDO à l’Agence régionale de santé (ARS) de sa région d’exercice, par fax au numéro dédié (plateforme régionale de veille et d’urgences sanitaires) qui est précisé sur le formulaire. Il sera ensuite traité, anonymisé par l’ARS et transmis à l’InVS pour la surveillance nationale.
Si le déclarant est clinicien, il doit informer son patient et lui remettre la notice d’information individuelle également téléchargeable sur le site de l’InVS.

La Déclaration obligatoire des mésothéliomes vise essentiellement à améliorer les connaissances épidémiologiques

Le nombre annuel de nouveaux cas de mésothéliomes est estimé entre 800 et 1 200.
L’exposition professionnelle à l’amiante est très fréquente chez l’homme et moindre chez la femme (respectivement en moyenne 83% et 38%). Les expositions environnementales, dont le rôle pourrait être important, sont peu étudiées en France notamment faute de puissance statistique.

La DO des mésothéliomes est à visée essentielle de connaissance épidémiologique :
– renforcer la surveillance de l’incidence des mésothéliomes quel qu’en soit le site anatomique, au niveau national, pour chaque région et en tout point du territoire national, en complément du Programme national de surveillance des mésothéliomes (PNSM) pleuraux dans 23 départements, en fonctionnement depuis 1998
Pour atteindre cet objectif : l’atteinte de l’exhaustivité des notifications est importante. Aussi, la participation de l’ensemble des pathologistes et des cliniciens est essentielle.
– renforcer la connaissance des expositions environnementales dans 3 populations : les femmes, les personnes de moins de 50 ans et les localisations ‘hors plèvre’.
Pour atteindre cet objectif : le formulaire doit être complet et permettre l’identification des cas sans exposition professionnelle connue à l’amiante (renseignée par le clinicien lors de sa notification ou suite à un contact par l’ARS lors d’une notification par un pathologiste), afin qu’une enquête d’exposition puisse être ensuite réalisée (à partir de 2013).

La DO est mise en place après une phase pilote réalisée en 2011, dans six régions (Aquitaine, Auvergne, Ile-de-France, Lorraine, Midi-Pyrénées, Paca), en lien étroit avec les instances professionnelles et institutionnelles.
Accéder aux résultats et préconisations pour le déploiement

La DO des mésothéliomes ne remplace pas le système de déclaration des maladies professionnelles.

Présentations de la soirée du 22 mai 2012 à Blois

Déclaration obligatoire des mésothéliomes : réunion de lancement en région Centre

Organisation de la veille sanitaire en région Centre

Informations sur la déclaration obligatoire des mésothéliomes

Publié le : 19 mars 2013
Dernière mise à jour le : 7 juin 2013